M comme Mat Weasel Busters

Happy hardcore + Hardtechno = Happy Tekcore!

Il n’avait que 8 ans lorsque sa mère a l’idée folle de lui offrir un sampler.
Au diable les autres jeux ! Ce fut le commencement de l’obsession de Mat pour le bidouillage électronique.

En 1990, à l’age de 13 ans, il découvre les platines avec le DJ Yul, ami de son père. Il découvre les sons techno, et créée sa première ligne de basse (bassline). Ses premiers morceaux voient le jour 2 ans plus tard, et il commence à composer ses premiers mix.
Il découvre les sons hardcore de Speedfreak, sa plus grande influence à cette époque.

De 1994 à 1997, il switch entre le hardcore, l’acidcore et l’happy hardcore, ce qui laisse une marque indélibile sur sa musique.
En 1997, il crée « The Weasel Busters Tribe » avec ses potes d’univers musicaux différents : Happy hardcore + Hardtechno = Happy Tekcore!
Avec cette formule magique, un mix de « good vibrations », mélangeant une énergie brute avec une atmosphère joyeuse et pleine d’humour,
Mat Weasel Busters révolutionne le son des raves parties, comme étant le fils illégitime de Speedfreak et de Crystal Distortion, vomissant de l’eurodance.
C’est à cette période qu’il sort son premier CD et quelques mixtapes.

En 1998, il propose une démo de Weasel Busters 01 (Humungus 03) à un label français bien connu, qui lui répond :

« Where do you think you are going with this moronic makina at 200 bpm? It will never work! »

Déçu, il attend 2 ans avant de lancer lui même son vinyle, grâce à Joss Weasel.
Il devient un des plus grands succès de l’histoire de la Hardtek, a tel point que le magasin de vinyles Pinguins records demande la réimpression de nombreux vinyles sous le label Humungus.
Ce succès sensationnel le propulse au premier plan de la scène européenne.

En 2004, il rencontre MSD et d’autres acteurs majeurs de la scène hard, au cours de la tournée « Zone libre » où il fait un deuxième grand succès.
Ils forment tous ensemble le « Yes Papa System ». C’était plus qu’un groupe d’amis.
Cela devenait une réelle philosophie de vie avec Nout, Beuns, Keygen Kaotic, Suburbass, Sycomor et Tone-X au départ, puis plus tard avec Guigoo, Harry Potar, K-plan, Ganez, Weser, Kefran, N’Ko
Il déménage ensuite en République Tchèque.

En 2006, il décide de fonder avec son pote Ben l’agence de réservation « Electrobooking.com » pour promouvoir cette nouvelle musique,
dont les racines grandissaient dans le milieu underground, mais qui avait évolué pour devenir un style à part entière,
une musique ouverte à toutes les scènes du monde, libre de l’image négative qu’il avait eu jusqu’alors.

En 2011, avec MSD et Keygen Kaotic, il ouvre un lieu dans le centre de Prague : The YES! Club, un temple de la musique électronique, où tous les genres sont joués avec les meilleurs artistes de classe mondiale comme Electrixx, Technasia, Blockh4ad, Far too loud, Porter Robinson, Popof, Freestylers, Aquasky, Calvertron, Wehbba, Da Fresh, Chris Liberator

Aujourd’hui, Mat Weasel voyage à travers le monde, de l’Angleterre au Japon, de la Pologne au Venezuela, faisant danser des milliers de personnes tous les week-ends sur des beats hyper vitaminés, plein de folies !

Suivez Mat Weasel Busters sur

Facebook
SoundCloud
Beatport

Laisser un commentaire