La Théorie Musicale, Késako ?

Le solfège est une discipline regroupant la théorie musicale ainsi que son interprétation. Il permet à celui qui l’étudie de lire, écrire et jouer une partition.
Le terme solfège a été remplacé par formation musicale à la fin des années 70, pour les raisons suivantes :

Partir de la musique pour en découvrir le langage et ses techniques est plus formateur qu’une étude analytique abstraite, élément par élément, desséchante par définition dont l’usage démontre qu’elle tourne souvent le dos au but à atteindre : la connaissance et l’apprentissage de la musique.
(Ministère de la culture, texte de la réforme du solfège, 1977)

Est-ce indispensable d’apprendre le solfège ?

Dès lors que l’on veut faire jouer plusieurs instruments en même temps, il est préférable d’avoir un support sur lequel se référer. C’est là qu’intervient le solfège. Avec ce que l’on appelle du papier à musique, on vient décrire en détail et tout codifier, afin que cela soit compréhensible pour n’importe quel instrument.
Mais, bien sûr, le solfège n’est pas du tout OBLIGATOIRE. Il y a d’autres manières de comprendre et d’apprendre la musique. Nous y reviendrons sûrement plus tard, car nous avons déjà beaucoup à apprendre.

Contenu des cours

Afin d’avoir un bref résumé de ce qui va être abordé durant ces articles, voici le plan de ce thème :

1. Les signes employés pour écrire la musique
2. La mesure, le rythme et le mouvement
3. Les gammes et la tonalité
4. Les intervalles
5. La transposition
6. Les ornements, les abréviations et les indications d’expression
7. Les accords
8. Les cadences, la modulation et le phrasé

Bien entendu, le plan peut être amené à changer. Suivant l’avancement des différentes parties, plusieurs d’entre elles pourront fusionner et inversement.

Le prochain cours portera sur l’écriture musicale. Nous y verrons en détail ce qu’est une portée, quels sont les éléments qui la composent, et tout ce qui gravite autour.

Merci d’avoir lu ce billet jusqu’au bout, et à bientôt !

Laisser un commentaire