Chapitre 1 : Les signes employés pour écrire la musique

Introduction

Avant d’entrer dans le vif du sujet, faisons un petit retour sur ce qu’est la musique, la base de la base.

Le son musical possède trois qualités sonores :

La hauteur
La hauteur est le résultat du plus ou moins grand nombre de vibrations produites dans un temps donné; plus il y a de vibrations, plus le son est aigu.

L’intensité
L’intensité, ou la force du son, dépend de l’amplitude des vibrations.

Le timbre
Le timbre est cette qualité particulière du son, qui fait que deux instruments ne peuvent être confondus entre eux même s’ils produisent tous les deux un son de même hauteur et de même intensité. Par exemple, le timbre d’un violon se distingue assez bien de celui d’une trompette ou d’un hautbois.

La musique s’écrit et se lit aussi facilement qu’on lit et écrit les paroles que nous prononçons.
Pour lire la musique et comprendre cette lecture, il faut connaître les signes au moyen desquels on l’écrit, et les lois qui les coordonnent.
Nous allons donc dans ce chapitre apprendre à identifier les différents signes employés pour écrire la musique.

Sommaire

1. La portée
2. Les notes
3. Les silences
4. Les altérations
5. Les signes complémentaires
6. L’application des clés

Laisser un commentaire